dimanche 30 avril 2017

Une fausse parenté avec Louis Riel

Récemment, un article de la CBC Sudbury relatait la prétention d'une résidente de North Bay (Ontario) selon laquelle elle serait la descendante directe de Louis Riel, figure mythique et leader des Métis de l'Ouest canadien. 

L'article est ici. Pauline (Seguin) Sinicrope a donné  une entrevue à la CBC de Sudbury   dans laquelle elle explique que son frère a contacté une «généalogiste» québécoise, qui a fait la «découverte» de sa parenté. Gertrude Caron, la grand-mère Pauline Sinicrope serait la petite-fille de Hélène Riel. Selon cette généalogiste, Louis Riel aurait été marié une 1ère fois et de cette union serait née une fille, Hélène. Sa mère serait décédée de tuberculose peu après la naissance et Louis Riel a ensuite épousé Marguerite Monet. On ne connaît pas les sources consultées pour que la chercheuse en soit arrivée à cette conclusion.

On parle beaucoup des «faits alternatifs» et des fausses nouvelles, mais quand des médias nationaux donnent une tribune sans demander aux principaux intéressés des preuves de leurs dires, on est en droit de se demander où est passé la rigueur journalistique.

C’est un fait avéré que Louis Riel n’a été marié qu’une seule fois, avec Marguerite Monet dit Belhumeur. Le mariage a été célébré le 28 avril 1881 à Fort Berthold (Montana). Des trois enfants issus cette union, deux sont décédés avant d’atteindre l’âge adulte et que leur seul fils, Jean, est mort en 1908, sans postérité, quelques mois après son mariage avec Laura Cazeault.

Le père de Louis Riel, fils de Jean-Baptiste Riel, né à Berthier-en-Haut et Marguerite Boucher, fille métisse du voyageur Louis Boucher, lui aussi originaire de Berthier-en-Haut, a épousé Julie Lagimonière. De cette union sont nés 11 enfants, mais pas de fille prénommée Hélène.

Nous avons colligé tous les actes et les données généalogiques de Mme Sinicrope (née Seguin), et nous pouvons affirmer qu'elle ne descend pas du chef des Métis du Manitoba.

Nous avons d’abord consulté l’avis de décès du père de Mme Sinicrope et celui de de sa mère .

Son grand-père Roland Seguin épouse Gertrude Caron le 12 février 1923 à Notre-Dame-de-Grâce de Hull.

Gertrude Caron est la fille de Eucher Caron et Lina (Elise) Trudel, mariés le 11 octobre 1887 à Notre-Dame-de-Grâce de Hull.

Lina Trudel est la fille de Narcisse Trudel et Hélène Riel, mariés le 20 avril 1858 à Notre-Dame d'Ottawa.




Hélène Riel, née en décembre 1841, est baptisée le 13 mars 1842 à la Mission St-Paul d'Aylmer (co. Gatineau), Qc. Elle ne peut donc pas être la fille de Louis Riel, puisque celui-ci est né en 1844.




Le couple Trudel-Riel s’installe à Finch (co. Stormont-Dundas) entre 1861 et 1881.

rec 1861 : Nelson Trudel, cultivateur, 27 ans né Bas Canada, Ellen 20 ans née Bas Canada, Margaret 1 an ;

rec 1881 : Nelson Trudel 45 ans, cultivateur, Helen 38 ans, Mary 21 ans, Lena 15 ans, Zephire 4 ans.

La famille immigre au Dakota du Nord vers 1883. On les retrouve à Pembina dans le recensement américain de 1900. Narcisse Trudel est décédé le 21 décembre 1909 à Pembina.




Hélène Riel est retournée au Canada. Elle est décédée le 3 juin 1903 à Hull (inhumée le 9 juin au cimetière Notre-Dame-de-Grâce de Hull).

Les parents d'Hélène Riel sont Louis Riel et Margaret Weir, un couple installé dans la région de Hull/Chelsea au Québec dans les années 1840. Nous pouvons suivre le couple depuis le mariage, le 7 mai 1838 à l'église d'Angleterre (anglicane) de Hull.

Le mariage est non filiatif. Mais nous savons, grâce au recensement, qu’il est né au Québec, entre 1805 et 1811.

Dans son testament daté du 18 juillet 1875 (G.-L. Dumouchel, notaire de Hull), il déclare résider à Finch (co. Stormont), chez sa fille Elizabeth, mariée à William McConnell. Il laisse ses biens à son épouse et sa fille Mary, mariée avec John Munharvey.

rec. 1881, Ontario, Stormont, Finch  : Lewiss Riel, 76 ans, Margaret Riel 70 ans, William McConell, 48 ans, Elizabeth McConell 40 ans.

Louis (Ether) Reil est décédé le 22 septembre 1883 à Morewood (co. Stromont-Dundas) en Ontario. Il est inhumé dans le cimetière United  aux côtés de sa fille Elizabeth (Riel) McConnell.

Au recensement de 1891 Margaret (Weir) Real habite chez sa fille Elizabeth, qui a adopté les enfants de sa sœur Mary (Riel) Munharvey.





Une consultation de la banque de donnée PRDH nous permet de déterminer que le seul Louis Riel né au Québec à cette époque, qui n’est pas décédé et n’a pas contracté mariage est né à Lavaltrie du mariage d’Antoine Riel et Thérèse Plouffe. Il est baptisé le 14 juin 1805 à Lavaltrie.




On peut suivre le parcours du couple Riel-Weir à travers les recensements :

rec. 1842, QC, Ottawa, Hull  : Louis Reale, fermier, 4 personnes dans le ménage ;

rec. 1851, QC, Ottawa, Hull  : Louis Riel 39 ans, né Québec Est, fermier, Margaret, 36 ans née Irlande, Elisabeth Riel 11 ans, Eleonor 9 ans, Mary 3 ans ;

rec. 1861 QC (Canada Est), Ottawa, Hull : Louis Riel 55 ans ans né QC Est, agriculteur, Margaret Weir 55 ans, Elisabeth 25 ans ;

rec 1871 QC, Ottawa Ouest, Hull : Reil Louis 65 ans, catholique, Marguerite Reil 64 ans Irlande church of England.

Heureusement, Janet La France, généalogiste de la Société historique de Saint-Boniface, a contacté la CBC Sudbury et l'article a été modifié. On peut écouter l'entrevue qu'elle a accordée  rétablissant les faits sur l’ascendance de Mme (Seguin) Sinicrope.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire